Home » China.org.cn » Des problèmes techniques empêchent Nokia d’obtenir des contrats en Chine sur la 5G

BEIJING, 12 mai 2020 /PRNewswire/ — Selon une dépêche de China.org.cn, Nokia n’a pas réussi à obtenir de contrats sur la 5G en Chine à cause de difficultés techniques.

A visitor experiences an interactive football shooting game supported by 5G technology at Nokia's exhibition stand during the First China International Import Expo on Nov. 8, 2018.

Nokia, entreprise finlandaise d’équipements de télécommunications, est repartie pratiquement les mains vides en termes de gros contrats attribués sur la 5G par les trois grands opérateurs de télécommunications chinois.

Alors que China Mobile, China Telecom et China Unicom ont conclu au cours des dernières semaines des contrats d’une valeur supposée de 10 milliards de dollars, l’absence de Nokia sur la liste des fournisseurs sélectionnés pour la prochaine phase des opérations commerciales concernant la 5G en Chine a été particulièrement remarquée.

Selon une récente analyse publiée sur Light Reading, site web pour professionnels de l’industrie des télécommunications, Nokia n’a pas pu ou n’a pas voulu répondre aux exigences techniques chinoises.

Kristian Pullola, directeur financier de Nokia, a indiqué lors d’une discussion avec le site Internet : « Nous avons orienté nos travaux de recherche-développement (R&D) sur la 5G de façon à optimiser des fonctionnalités pour l’échelle mondiale et d’autres pour des marchés plus rentables ; c’est peut-être pour cela que nous n’avons pas effectué certaines adaptations nécessaires à l’échelle locale pour la Chine ».

Light Reading a noté : « Ces propos peuvent alimenter les craintes que Nokia ait du mal à concurrencer ses rivaux au moment où elle s’efforce de redresser son activité dans la 5G ».

Si Nokia n’a pas marqué de points dans le pays, son concurrent nordique Ericsson a lui remporté une part de marché en Chine lors des récentes attributions de contrats sur la 5G.

Outre un contrat d’environ 593 millions de dollars décroché avec China Mobile, la société suédoise aurait également obtenu une part à deux chiffres dans un énorme appel d’offres lancé sur la 5G par China Telecom et China Unicom.

La différence de résultats entre les deux fournisseurs souligne par ailleurs les difficultés que Nokia rencontre pour rendre ses produits 5G plus compétitifs, notamment à cause des coûts et des délais de livraison.

Nokia a alerté l’an dernier ses investisseurs sur certains problèmes avec ses produits 5G, qui ont déséquilibré ses marges et désorganisé ses objectifs de réduction des coûts, ce qui a été en partie imputé à l’acquisition d’Alcatel-Lucent en 2016.

Cependant, Nokia a commis une autre erreur en choisissant des composants 5G programmables coûteux, d’où des produits moins rentables que ceux de ses concurrents, selon Light Reading.

Lors de la communication des résultats financiers du troisième trimestre de 2019, Nokia a reconnu que le coût élevé de son jeu de puces « ReefShark » avait entamé ses marges bénéficiaires sur la 5G.

D’après d’autres rapports, le matériel de Nokia a été la cause de certains retards dans le déploiement de la 5G, notamment aux États-Unis, pays sur lequel la société mise particulièrement pour sa croissance. Nokia a ainsi été mentionnée comme associée au retard de la 5G de l’opérateur Sprint dans quatre villes américaines en août 2019.

Le choix par la société finlandaise de privilégier les marchés européens et américains par rapport au marché chinois constitue aussi une raison importante ayant empêché Nokia d’obtenir une part de cet appel d’offres sur la 5G. Ceci a été révélé dans son rapport financier pour le premier trimestre 2020.

Dans ce rapport publié le 30 avril, le chiffre d’affaires de Nokia dans la région de la Grande Chine représentait 308 millions d’euros entre janvier et mars, ce qui ne correspond qu’à seulement 6 % environ de son total mondial, soit une baisse de 29 % par rapport à l’année précédente.

Toujours d’après ce rapport, Nokia a déclaré que les réseaux avaient été frappés par « une concurrence intense et croissante, parallèlement à notre approche prudente concernant la conclusion d’accords » en Chine.

En revanche, la société a généré plus de 2,9 milliards d’euros en Europe et en Amérique du Nord, soit environ 60 % de l’ensemble de ses ventes.

En matière de marché des équipements radio sur la 5G, la Chine représente une part importante du marché mondial, mais une part beaucoup moindre pour ce qui est des recettes, a indiqué Rajeev Suri, directeur général de Nokia, dans une interview avec Reuters.

« Les gens parlent uniquement d’une part en volume qui est de 50 à 60 %, mais lorsque l’on regarde la part des recettes, alors la Chine ne représente que la moitié de cela (25 à 30%) », a-t-il ajouté. « La part des profits à moyen terme est en fait négligeable par rapport au marché mondial ».

Photo : https://mma.prnewswire.com/media/1166070/China_Dot_Org_Dot_CN_Nokia_FCIIE_2018.jpg

Archives